Au pays des rois – samedi 25 février 2012

25 février 2013 § Poster un commentaire

1935

9 a.m.
Petit déj sur le toit-terrasse du Sunder Palace. Ce n’est pas un hasard si le Rajasthan est appelé « pays des rois » : tout est plus beau, plus coloré, plus luxuriant. Dans les hôtels, les chambres sont propres, la décoration est soignée. Dans les rues, les saris des femmes sont plus flamboyants qu’ailleurs. Ce pays est une vraie fête pour les yeux.

Sunder Palace Guest House

la terrasse du Sunder Palace

1 p.m.
Au City Palace de Jaipur, le palais de l’actuel Maharaja. Je déguste un chaï à 60 roupies (environ un euro, quasiment le salaire moyen par jour ici) (je m’étais habituée aux chaï à 10 roupies, mais c’est vrai que celui-ci est servi dans une tasse en porcelaine !).
Il y a pas mal de choses à visiter : une galerie d’armes, un petit musée de costumes, la salle des audiences privées, et le luxueux hall des audiences avec deux immenses jarres en argent, qui avaient servi à transporter l’eau du Gange pour les ablutions du Maharaja lors d’un voyage en Angleterre en 1902.

1765

City Palace, Jaipur

porte du City Palace

City Palace, Jaipur

le City Palace

jarre en argent

jarre ayant servi à transporter l’eau du Gange lors des voyages du Maharaja

City Palace, JaipurCity Palace, JaipurCity Palace, JaipurCity Palace, JaipurCity Palace, JaipurCity Palace, JaipurCity Palace, JaipurCity Palace, Jaipur18931894

Merci le Routard, Jaipur se visite très bien en rickshaw avec ce livre pour guide. Le rickshaw qui m’a emmenée ici a insisté lourdement, mais très lourdement, pour me faire faire un tour des monuments de la ville, mais je n’avais aucune envie de l’avoir sur mon dos toute la journée, et puis ça m’énerve tellement cette façon de toujours vouloir nous faire raquer un peu plus… J’ai été ferme cette fois-ci !

Les visites de monuments, ce n’est définitivement pas mon truc. ça me fatigue, on fait du sur place dans des pièces blindées de touristes, et ça ne reflète généralement rien de l’âme du pays ou de la ville, puisque tout est prévu et arrangé pour les touristes. Mais bon, c’est quand même un bon complément à ma lecture du moment, « Cette nuit la liberté », qui retrace l’histoire de l’indépendance de l’Inde. Livre captivant qu’on retrouve partout dans les librairies pour touristes ici. A chaque fois que je demande s’ils ont des livres en français, on me sort ce livre et « Siddhartha » de Hermann Hesse, que j’ai déjà lu.
Prochaine étape : l’observatoire astronomique, juste à côte du City Palace.

observatoire astronomique de Jaipur

un cadran solaire à l’observatoire astronomique

Peacok Restaurant sur le toit du Hotel Pearl Palace

le Peacok Restaurant, sur le toit du Hotel Pearl Palace

5 p.m.
Au Peacock restaurant, sur la terrasse du Hotel Pearl Palace, juste en face de mon hôtel. Cette terrasse est vraiment sympa, et tout le temps bondée. Les restos des hôtels sont rarement pleins et surtout pas à cette heure-là. Ici, quelle que soit l’heure, il y a toujours quelques routards qui sirotent un chai et échangent des bons plans. A quelques tables de moi, une bande de visages pâles de vingt ans jouent aux cartes. Une gamine aux cheveux courts et couverte de tatouages tire les cartes à un mec visiblement fasciné. Le serveur m’apporte ma bière, une KingFisher de 50 centilitres, je me demande comment je vais la finir. Je croyais qu’il n’y avait pas d’alcool à Jaipur !

L’observatoire astronomique était super, même si je n’ai pas compris à quoi servaient tous les instruments. Les indiens sont passionnés par l’astronomie et l’astrologie. J’ai croisé la famille parfaite que j’avais rencontrée à la gare d’Agra. Ils étaient tout contents de me voir, on a discuté cinq minutes, ils m’ont « montrée » au reste de leur famille qui était là, grand mère, frères, sœurs, enfants. C’est fou la curiosité qu’ont les indiens envers nous. Un tas de gens voulaient me prendre en photo avec eux. Quand ce sont des couples ou des femmes, j’accepte, quand c’est des hommes, non, sinon ça n’en finit plus.
Après l’observatoire, je voulais aller au Palais des vents, mais mon rickshaw, Ismaël, m’a emmenée voir un palais sur l’eau, absolument magnifique, puis on est allé voir des éléphants, et il m’a entraînée dans une fabrique de tissus, où un type m’a expliqué comment ils dessinent et colorient les tissus, puis j’ai eu droit au déballage de toute la marchandise. Il y a des choses superbes, comme des ensembles housse de couette et taie d’oreiller en soie à 70 euros. J’ai pris sa carte et j’ai noté les prix de certaines choses, je verrai.

1814 1811 1810 1807 1777 1771

(photos : internet et Cricri)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Au pays des rois – samedi 25 février 2012 à La Frangine.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :