Le nirvana est proche… mardi 7 février 2012

7 février 2013 § Poster un commentaire

089

10 a.m.
Premier cours de yoga ce matin. Bon… est-ce qu’on doit vraiment en parler? Déjà, c’est à sept heures trente du mat’, et c’est à jeun. Moi, la seule activité que je consens à faire avant le petit déjeuner, c’est celle qu’on fait à deux dans un lit (ou à plusieurs, vous faites ce que vous voulez, cela ne me regarde pas).
La salle de yoga est dallée de marbre, le sol est glacial, et même en intercalant un tapis de yoga entre le sol et mes fesses, je me les gèle. Les gentils hippies de l’ashram qui participent à ce cours doivent avoir dix ans de pratique derrière eux. Ils sont d’une souplesse, ils font des trucs avec leur corps, je ne savais même pas que c’était possible. Le prof semble avoir de la compassion pour moi : dès qu’il fait un mouvement compliqué, il me sourit. En fait, je ne sais pas si c’est par compassion ou par sadisme.

9 p.m.
Première séance de méditation, je sens que je suis un Bouddha en puissance.
Avec le groupe de hippies, on s’assied en cercle – pourquoi je les appelle « les hippies » en faisant comme si je ne leur ressemblais pas ? je porte un improbable sarouel orange en laine et je ne me déplace pas sans ma couverture indienne sur le dos.
Une jeune femme indienne toute de blanc vêtue allume trois bougies au centre du cercle et nous explique que nous allons procéder à une séance de méditation qui vise à aller de l’avant dans le domaine amoureux et à se remettre d’une relation passée qui nous fait souffrir. Assis en tailleur, nos mains sont posées sur nos genoux, paumes vers le ciel, pouces contre index. L’Indienne nous demande de fermer les yeux et de nous concentrer sur l’énergie cosmique qui, apprend-on, descend sur nos têtes et rejoint le centre du cercle pour remonter vers le ciel et redescendre sur nos têtes. On est censés visualiser cette énergie et sentir de la chaleur. Personnellement, je ne sens pas grand chose à part des fourmis dans les jambes. Mais je joue le jeu. La séance dure une heure, pendant laquelle on doit faire le vide dans nos têtes. Finalement, j’en ressors complètement détendue.
J’aime cette ambiance zen surréaliste. J’ai l’impression de me déplacer plus lentement, de flotter, c’est très agréable. Je suis dans le même état de lévitation permanente que pendant mes trois mois passés en Australie, mais sans rien prendre d’illégal. (En Inde, on ne rigole pas avec la fumette.)

séance de méditation à Rishikesh

mes petits camarades hippies avant la séance de méditation

balade avec Suzanne, une québécoise rencontrée à l’ashram

cet homme dessine un tilak (bindi) sur mon front, cela symbolise mon troisième oeil mystique

dans la rue à Lakshman Jhula

dans la rue à Lakshman Jhula

statue de Shiva sur le Gange à Rishikesh

statue de Shiva sur le Gange à Rishikesh

320

203

099 120 202 283 228

Merci à Christiane pour ses photos :)
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Le nirvana est proche… mardi 7 février 2012 à La Frangine.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :