Changeons d’air

4 février 2013 § 7 Commentaires

Bon, j’en ai un peu marre de parler contraception, cunni et levrette sur ce blog (petite autopromo au passage), alors je vais un peu changer de sujet. Il y a un an jour pour jour, je prenais l’avion pour Delhi. J’aimerais bien repartir, en Inde ou ailleurs, mais mon banquier ne veut pas. Mais ce que mon banquier ne sait pas, et dont il se tape complètement d’ailleurs, c’est que j’ai écrit un carnet de bord de mes aventures et que je vais les publier ici, maintenant, chaque jour pendant un mois ! Comme ça, ça nous fera un peu tous voyager, qu’est-ce que vous en dites ?

Main Bazar, Pahar Ganj, New Delhi

Main Bazar, Pahar Ganj, New Delhi

Samedi 4 février 2012.

5.40 a.m.
Aéroport international Indira Gandhi, Delhi. Dès la sortie de l’avion, je sens la pollution. L’air n’est pas transparent, il est chargé de poussière, ça pique les yeux.

1 p.m.
J’ai posé mes affaires au White Klove Hotel, situé dans Pahar Ganj, le quartier routard de Delhi, et je suis sortie me balader sur Main Bazar. C’est vraiment impressionnant de débarquer ici pour la première fois. Les rues sont sales, pire qu’à Paris, c’est dire. Les gens poussent des charrettes tirées par des bœufs, se déplacent pieds nus, entre les vaches et les enfants qui mendient. Quelques visages pâles au look hippie, et plein de gens, commerçants, vendeurs de rue, mendiants, qui m’interpellent, me suivent, insistent, pour essayer de me faire sortir mon porte monnaie. Je le ressens tout de suite : je suis une pompe à fric. Cela ne sert à rien de s’en offusquer ou de se vexer, c’est ainsi : avec le salaire moyen journalier d’un Indien (100 roupies), un Français peut à peine se payer un café dans sa capitale.

Je me suis assise au Madan Café à côté d’un vieux monsieur blanc à la peau cramée par le soleil, aux cheveux blancs, à la barbe blanche et aux yeux bleus, qui me jette un coup d’oeil amusé. Oui, avec mon jean, mes baskets et mon appareil photo, pas de doute, j’ai l’air d’une touriste. Je contemple l’agitation de la rue en sirotant un chai (thé avec du masala, un mélange d’épices). Je ne sais plus qui a dit que la spiritualité est à l’Inde ce que le matérialisme est à l’occident. C’est vraiment quelque chose qu’on ressent ici. Il y a quelque chose dans l’air, une âme, la vie à l’état pur, c’est magique. C’est une claque, aussi. C’est ce que je cherchais, je ne suis pas déçue.
Après-demain, je pars pour Rishikesh, à 230 km au nord de Delhi, au pied de l’Himalaya. Je vais passer quelque temps dans un ashram (temple hindouiste) pour me purifier de mon passé de pécheresse et me tourner vers dieu. Ah ah ! nan je déconne.

le White Klove hotel

le White Klove hotel

 

 

 

 

 

DSC08028Main Bazar, Pahar Ganj, New DelhiMain Bazar, Pahar Ganj, New Delhi Pahar Ganj, New Delhi Pahar Ganj, New Delhi Pahar Ganj, New Delhi Pahar Ganj, New Delhi Pahar Ganj, New Delhi

Advertisements

§ 7 réponses à Changeons d’air

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Changeons d’air à La Frangine.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :